Catégorie : Junmaï Daï-ginjo
Ingrédients : Riz, koji de riz
Taux d'alcool : 13 %
Volume : 720 ml
Taux de polissage :
Variété de riz : Yamada-nishiki
Producteur : Nagaï Shuzo
Préfecture : Gunma

Mizubasho Pure est le premier saké pétillant, il est le résultat du mariage entre la fabrication d'un saké traditionnel et la fermentation secondaire en bouteille, technique utilisé pour la réalisation du champagne. Ce saké mousseux peut être servi tout au long du repas. C'est une excellente alternative au champagne en raison d'un plus large éventail d'accords avec les mets. Il s'accorde tout aussi bien avec la cuisine asiatique qu'avec la cuisine occidentale.

 

Conseils d'accords : Apéritif, plats de poissons et fruits de mer, desserts peu sucrés à base de fruits.

Conseils de tempétature de dégustation : Très frais (- de 10°C)

 

Conservation : Doit impérativement être conservé au réfrigérateur avant et après ouverture.

A boire très frais!


NAGAI SHUZO (préfecture : Gunma / région : Honshu)

Fondée en 1886, la brasserie Nagaï Shuzo est située à l’extrémité orientale des Alpes Japonaises, au pied du Mont Hotaka, dans le village de Kawaba-mura. La marque Mizubasho a été créée en 1992 afin de profiter pleinement des avantages apportées par une technologie de plus en plus performante, tout en respectant les techniques traditionnelles utilisées depuis la fondation de la brasserie. Deux années plus tard, en 1994, la totalité de la gamme Mizubasho est produite selon la méthode de brassage junmaï ginjo (taux de polissage du riz de 40% minimum) même si, pour des raisons de communication, certaines bouteilles ont continué à porter l’appellation “junmai-shu” jusqu’en 2015. En pus de produits classiques (saké plutôt sec et tranquille), la maison Nagaï Shuzo propose également du saké pétillant produit selon la méthode traditionnelle (deuxième fermentation en bouteille), et du saké doux kijoshu produit selon une technique particulière qui consiste à brasser avec du saké !

 

Description de la méthode de fermentation en bouteille :

 

On presse le saké avant de l’embouteiller avec une liqueur de tirage constitué de kasu et/ou de riz, de kome koji, d’eau et de levure.

Une seconde fermentation se produit alors en bouteille. Le saké peut ensuite être dégorgé ou non.

 

Cette méthode est équivalente à celle utilisée en champagne et dans la plupart des régions productrices de vins pétillants.

Cependant le degré atteint par le saké en fermentation est plus élevé que celui du vin et il est impossible de faire repartir une fermentation à partir d’un saké de base à 18°C.

Aussi, il est nécessaire de diluer ce saké avec de l’eau ou de stopper la fermentation à un degré plus bas, entre 10 et 14 %.

De plus, contrairement au vin, il n’y a pas ou peu d’élevage du saké, surtout pétillant, et la seconde fermentation se déclenche généralement directement après la première.

La distinction entre première et seconde fermentation n’est donc pas aussi claire dans le cas du saké que dans le cas du vin.

En cela on peut dire que cette méthode est en réalité un compromis entre les méthodes traditionnelles et ancestrales, plus adaptés aux contraintes du saké.

(texte tiré du livre Nihonshu-Le saké Japonais de Gautier Rousille)

Mizubasho "Pure" [360ml]

€48.00Prix